Différents cas cliniques

Cas clinique 1

Algodystrophie

Après son opération pour une tendinite de De Quervain, Anne*, une patiente de 57 ans, a développé une cicatrice dysesthésique très douloureuse, et une algodystrophie objectivée par scintigraphie dont la douleur remonte jusqu’à l’épaule, avec enraidissement du poignet.

A l’aide de la vibrothérapie, une désensibilisation de la cicatrice est d’abord entreprise. Au cours de la même séance, le programme anti-raideur de l’Arevis S PRO est alors réalisé, et le traitement se termine par l’immersion de la main dans un bain d’eau contenant l’électrode négative, l’électrode positive étant placée sur l’épaule pour traiter l’algodystrophie. Dès la troisième séance, le traitement est complété par un bain de paraffine pour fonctionnaliser la main.

La patiente a rapidement ressenti une amélioration de sa qualité de vie. Après 18 séances, Anne a pu reprendre son travail d’infirmière en soins palliatifs et stopper totalement sa prise d’antalgiques.

*Prénom d’emprunt


Cas clinique 2

Impotence fonctionnelle par étirement du plexus suite à une luxation de l’épaule

Julien*, un jeune homme de 25 ans, a eu un accident de moto avec une luxation de l’épaule droite réduite sur le terrain. Il se plaint d’une impotence fonctionnelle du bras droit et de douleurs au niveau de l’articulation acromio-claviculaire. A l’examen, on découvre une hypoesthésie au niveau du deltoïde droit, et une électromyographie objective une paralysie des élévateurs de l’épaule suite à une atteinte majeure du nerf circonflexe droit conduisant à une dénervation du muscle deltoïde droit.

Le traitement vise en premier lieu à lever la douleur de l’épaule pour retrouver la mobilité passive de celle-ci. Le kiné applique alors le programme antidouleur de l’Arevis S PRO qui associe électrothérapie et vibrothérapie, en plaçant l’électrode positive sur la colonne cervicale et en promenant l’électrode négative sur le deltoïde tout en effectuant une mobilisation passive de l’épaule. Ensuite, le programme de repousse nerveuse est répété deux fois pendant 20 minutes. La première fois, l’électrode positive est placée sur la nuque et la négative sur le deltoïde. Pour la seconde stimulation, l’électrode positive reste en place tandis que la main est immergée dans un bassin d’eau contenant l’électrode négative.

Aujourd’hui, Julien a repris son travail et sa moto sans difficulté. Ses plaintes ont disparu ainsi que son déficit de sensibilité au niveau du deltoïde. Une électromyographie de contrôle réalisée 3 mois après l’examen initial conclut à une bonne réinnervation du muscle deltoïde, qui est toujours en cours. Le nerf circonflexe  droit a récupéré sa fonction bien que sa vitesse de conduction soit encore un peu inférieure à celle du nerf circonflexe gauche.

*Prénom d’emprunt


Cas clinique 3

Névralgie d’Arnold

Amélie*, une jeune vendeuse, présente une névralgie d’Arnold invivable, tellement invalidante qu’elle a dû quitter son emploi. Grâce à des infiltrations répétées en périphérie de la sortie du nerf d’Arnold (C1, C2), ses douleurs étaient calmées de façon temporaire. Mais Amélie avait l’impression que ses névralgies revenaient chaque fois de façon plus intense.

Philippe Piéret lui a proposé une électrothérapie réalisée avec les paramètres électriques spécifiques de sa méthode. L’électrode négative de l’Arevis S PRO a été placée au niveau du front, l’électrode positive étant positionnée au niveau cervical.

Dès la première séance, Amélie a connu un soulagement quasi-total. Et après 5 séances, les névralgies avaient disparu. Revue après 10 ans, Amélie confirme la disparition définitive de ses douleurs.

*Prénom d’emprunt


Cas clinique 4

Douleur sciatalgique et traitement d’un SPE

Bruno* a subi une arthrodèse lombaire il y a 4 ans. Aujourd’hui, une nouvelle hernie discale se manifeste juste au-dessus de l’arthrodèse. Bruno se plaint de douleurs lombaires et on observe chez lui une paralysie des releveurs du pied droit, ainsi qu’une contusion douloureuse d’un orteil, consécutive à un traumatisme lié à son steppage.

Comme d’habitude, le premier objectif du traitement est d’apaiser la douleur. L’électrode positive de l’Arevis S PRO est placée en regard de la colonne lombaire et l’électrode négative sur l’orteil douloureux. En parallèle, une désensibilisation de l’orteil par vibrothérapie est effectuée pendant 10 minutes.

Le thérapeute s’adresse ensuite aux releveurs du pied. Il applique d’abord une vibration au niveau du mollet pendant 10 minutes, puis plonge le pied avec l’électrode négative dans une bassine d’eau pour agir sur la repousse nerveuse pendant 20 minutes.

A la fin de la première séance, Bruno se dit soulagé au niveau de son orteil. Le lendemain, il décrit déjà une facilité à la marche. Après 10 séances, ce patient n’éprouve plus aucune douleur et marche beaucoup plus aisément.

*Prénom d’emprunt


Cas clinique 5

Rééducation d’une main raide et fibrosée

À l’âge de 5 ans, Kevin* a reçu une injection accidentelle d’un produit corrosif dans le dos de la main droite. Ses muscles ont été brûlés et se sont fibrosés.

À 8 ans, l’enfant a subi une ténoarthrolyse qui n’a été suivie d’aucune rééducation. Les résultats à long terme ont été décevants.

Kevin arrive dans le service de rééducation avec une main complètement raide et exclue du schéma corporel. Comment aider ce jeune garçon âgé alors de 11 ans ?

Il est immédiatement dirigé vers un chirurgien spécialiste de la main, qui réalise une nouvelle ténoarthrolyse. Durant l’opération, le médecin parvient à réaliser une flexion des doigts, mais seulement partielle en raison d’une rétraction des extenseurs. Dès le lendemain de l’opération, Kevin est pris en charge. Objectif n°1 : réaliser une antalgie et une stimulation de l’image corticale de flexion des doigts, en associant électro- et vibrothérapie (avec les paramètres de l’Arevis S PRO). Une fois la main indolore, une attelle de posture en flexion est apposée et le traitement cicatriciel est poursuivi sur la face dorsale de la main.

Aujourd’hui, le traitement est terminé. Kevin joue au tennis et tient sa raquette dans la main opérée. Il a réintégré celle-ci dans son schéma corporel et s’en sert aussi à table pour couper sa viande.

*Prénom d’emprunt


Cas clinique 6

Traumatisme complexe de la main

Nathalie* est opérée de la main suite à un accident de voiture. Le chirurgien réalise des amputations partielles et totales et reconstruit en urgence le cinquième doigt dans un service non spécialisé.

Il convient dès lors de traiter une douleur globale de la main, des moignons digitaux raides et névromateux, des cicatrices enflammées et douloureuses. Il faut aussi essayer de retrouver la mobilité de l’auriculaire pour le rendre à nouveau fonctionnel.

Le traitement comprend donc un volet antidouleur par vibrothérapie sur les cicatrices douloureuses et le moignon névromateux, et un volet spécifique destiné à l’auriculaire. L’objectif est double à ce niveau : il s’agit de contrer la raideur du doigt par électrothérapie et vibrothérapie (avec les paramètres de l’Arevis S PRO) et de réinsérer l’image de son mouvement de flexion/extension au niveau cortical.

Grâce au traitement, la main de Nathalie devient moins douloureuse et l’auriculaire retrouve une flexion passive. C’est ce que le chirurgien attendait pour effectuer une ténolyse au niveau de l’auriculaire. Mais la mobilité partielle retrouvée grâce à cette intervention s’avère très douloureuse. L’antalgie obtenue lors des séances de kinésithérapie disparaît rapidement avec la mobilisation de l’auriculaire, suite à la présence d’une épine irritative constituée par une destruction irréparable de l’articulation interphalangienne proximale. Le chirurgien décide alors d’effectuer une arthrodèse de l’annulaire en position de fonction et de réséquer le névrome au niveau du doigt amputé.

Philippe Piéret poursuit le traitement de désensibilisation du moignon, s’efforce de faire retrouver aux doigts leur mobilité et d’éviter toute poussée inflammatoire et algodystrophique. Tout ceci, par les méthodes qu’il a développées. Aujourd’hui, Nathalie a retrouvé une main fonctionnelle et peu douloureuse.

*Prénom d’emprunt



Suivre Arevis       FaceBook Linkedin sep Séance d'information email formations
AREVIS I @2016 Arevis I Tous droits réservés I MKT/AB/06/2015/003
Mentions légales I Conditions générales de vente